Te sens-tu trop petite ?

Petite histoire sortie de mon esprit ou d’ailleurs…

Petite fille, comment te sens-tu aujourd’hui ?

Je me sens fatiguée, le cœur et le corps lourd, je me sens justement trop petite, trop petite pour réaliser ce que je dois faire ici-bas. Je me sens engluée et prise au piège de cette matière si dense. J’avance dans ce marécage boueux où l’eau est si trouble et le fond si noir. Vais-je m’en sortir ? Vais-je arriver à vivre la vie qui m’est promise ? Vais-je arriver à traverser la noirceur et l’obscurité et en ressortir vivante ? Toutes ces questions m’épuisent. J’aimerais tellement pouvoir vivre ma vie de petite fille, m’émerveiller de tout, rire aux éclats, ressentir la douceur et la chaleur de ces êtres physiques qui m’entourent. J’aimerais pouvoir profiter de la douce mélodie de leur voix, de la profondeur de leur regard, de leurs caresses bienveillantes, de leurs gestes d’amour… Mais au lieu de cela, je vois de la colère dans leur regard, je vois de la violence dans leurs gestes et leurs mots, je vois des cœurs tristes et serrés… Je vois de l’absence, je vois des personnes qui ne sont pas là pour moi, mais qui ne sont pas non plus là pour elles. Je vois des personnes déconnectées d’elles-mêmes et du monde. Pourquoi suis-je ici ?

C’est justement pour cela que tu es là. Au départ tout n’était qu’un « jeu ». Le « jeu » de l’âme qui expérimente « la dualité », « la séparation » et qui expérimente son propre « je » dans la matière. Mais « certains êtres » sont allés tellement loin dans l’expérience du « je » qu’ils ont fini par oublier qu’ils étaient en fait tous connectés et connectés au tout. Mais certaines personnes sont allées encore plus loin, jusqu’à oublier qu’elles avaient une âme…

Tu as vécu tout cela car l’ampleur de ta mission est grande. Et tu as été soumise à rude épreuve afin d’être prête quand le moment serait venu. Tu as été préparé pendant de longues années. Tu n’as plus besoin de te sentir petite car le moment est venu de révéler ta grandeur. Ce qui t’attend est important et le monde a besoin de toi. Prends ta place et sois fière d’être toi. Tu as su ouvrir les portes qui étaient fermées. Et maintenant, tu as les clés… Continue, tu as encore d’autres portes à ouvrir…

Et garde toujours à l’esprit que les lotus naissent dans les marécages.

Tous droits réservés

Caroline Poudevigne

www.lumiere-interieure.fr